Le Maltais Wayne Ducroc vient de se qualifier pour la finale du tournoi de tennis de Rolland Garros. Le joueur, en parfaite forme physique malgré une demi-finale de plus de six heures, a déclaré qu'il se réjouissait de ce résultat. «&nbp;C'est quand même mieux que si Rolland Garros s'était qualifié pour la finale de Wayne Ducroc ! » a-t-il plaisanté. Sourions deux secondes à cette boutade, puis reprenons une expression de visage grave et digne. Rolland Garros, même s'il jouait lui-même au tennis, possédait une bien plus grande envergure morale et patriotique qu'un simple tapeur de balles. Il fut l'un des as de la Première Guerre Mondiale. Son avion a été abattu en 1918 au dessus des Ardennes. Alors, Monsieur Ducroc, le tennisman humoriste, on vous attend ! Montez dans un biplan dont les ailes sont en toile et en bois, et allez vous battre contre des gens aussi redoutables que le fameux Manfred von Richthofen (alias, le Baron Rouge). On verra quelle tête vous ferez et si vous avez encore la force de nous sortir des petites phrases humoristiques. Certes, Wayne, j'entends ce que vous me dites. Tout comme Rolland Garros, vous envoyez vers vos adversaires des balles qui filent à grande vitesse. MAIS, désolé de vous contredire, jusqu'à plus ample informé, les mitrailleuses de Rolland Garros ne tiraient pas des balles de tennis. Vous comprenez ça, Wayne ? Ah non arrêtez s'il vous plaît ! Ne nous chantez pas l'habituel et stérile refrain des pacifistes : « Si les hommes réglaient leurs conflits avec des matches de tennis au lieu de se faire la guerre avec des avions et des chars, le monde vivrait plus heureux. » Cette idée est stupide. Ça ne marcherait pas du tout. Ça entraînerait même de graves troubles au sein des populations, des guerres civiles atroces. Car les amateurs de hockey se sentiraient vexés qu'on choisisse le tennis comme sport de guerre officielle. La jalousie des footballeurs, des triathlètes, des pongistes et de bien d'autres encore, se manifesterait également avec vigueur. ET AU FINAL, on aurait autant de morts que dans une guerre classique. Imaginez les dégâts humains causés par des hordes de lanceurs de javelot en colère. Je ne vais pas multiplier les exemples, Wayne. Vous avez compris que vous avez tort et que face aux caméras et aux micros des médias — face aussi à son compte Twitter — il vaut mieux ne pas essayer de faire son petit plaisantin en racontant n'importe quoi sur les aviateurs de 1914. Vous menacez de casser votre raquette sur mon crâne ? ET VOILÀ ! Ce que je viens de vous dire trouve son illustration immédiate. Vous, les sportifs, êtes effectivements des gens tout aussi dangereux que des hommes (et des femmes) armés de kalachnikovs. D'ailleurs, le tir au pistolet et à la carabine figurent parmi les disciplines olympiques. Je ne serais pas étonné que dans quelques années on trouve, sur les stades, des compétitions de lancer de missiles ou de largage de bombes à l'uranium.