Vous m'énervez avec vos histoires de « start-up ». Vous êtes tous jeunes, bourrés d'idées et d'énergie, et vous ne cessez de me demander de vous prêter de l'argent pour lancer vos « jeunes pousses » entrepreneuriales. Où donc se trouve celui qui, un jour, franchira la porte de mon bureau pour, enfin, oser me proposer un projet de start-down ? Oui, un projet d'entreprise voué à l'échec qui, au lieu de me faire espérer gagner de l'argent, me donnera la reposante certitude d'en perdre à coup sûr. Quel sera donc le hardi pionnier qui dissipera la grisaille monotone de mes journées en me présentant, sur un torchon de papier à peine lisible, un business plan qui entraînera l'entreprise vers une faillite certaine, vers un échec réussi et définitif ? Quelle immense bouffée d'oxygène ce serait pour moi.