Pour l'installation de la ruche‑témoin de la colline des Rieux, l'abbé Wuissé avait mis en fonction une sorte de protège-cadres à coulisse motorisé qu'il appelait avec humour le « tromblon à coussins ». Cet accessoire inédit et astucieux lui avait permis de faire l'économie du classique (mais malpratique) fond de ruche à double entrée, ménageant ainsi suffisamment d'espace pour fixer le fameux toit-chalet à monopente dont il était l'inventeur. D'aucuns disent que cette dernière trouvaille lui aurait été suggérée dans le secret du confessionnal par un apiculteur repenti. Précisons néanmoins que c'est l'abbé, et lui seul, qui a eu l'idée d'utiliser du contre-plaqué de 10 mm pour les coince-tiroirs et les planchettes de rappel. Ce qui n'est pas une mince contribution à l'art apicole. Précisons encore que jamais l'abbé n'aurait accepté d'aller vérifier l'état d'un couvain en short et en sandales, comme cela se pratique, hélas, de nos jours, de plus en plus fréquemment. Si vous souhaitez obtenir le plan détaillé de la ruche dite Wuissé (du nom de l'abbé), il vaut mieux, peut-être, que vous envisagiez un modèle plus simple comme la Banoute ou sa petite soeur en mélaminé ignifuge, la Cavalante. Bonne récolte !