Les côtes d'Ile-et-Vilaine ont subi jeudi dernier une attaque massive de dauphins vivants émettant de curieux sifflements. Ces bruits très énervants ne doivent pas nous inquiéter car ils sont causés par un virus spécial qui, heureusement, ne touche pas les humains. Plus audacieux ou plus dingo que ses autres congénères, l'un des cétacés est parvenu à remonter dans la ville de Cancale, jusqu'au niveau de l'Office de Tourisme, puis à se faire transporter au CHU de Rennes dans un bac en plastique orange, que nos amis pompiers appellent « barquette de secours ». Yann Perrier, membre de l'association Al-Lark spécialisée dans le suivi de ces mammifères nageurs (souvent dénutris ou inquiets), ne s'est pas montré surpris outre mesure par le comportement de l'animal. « Les dauphins communs, bien que ne présentant aucune particularité intéressante, sont des animaux très farceurs sous la couche de graisse qui les protège de l'hypothermie. » Après avoir subi une autopsie de contrôle, l'amusant dauphin a été relâché à la mer où il a pu rejoindre ses semblables qui lui ont offert des tas de cerceaux de saut en guise de cadeau de bon retour. Yann Perrier, la voix légèrement étranglée par l'émotion, regrette le départ de l'animal. « Généralement nous les plaçons dans des bassins confortables où ils aiment se faire grattouiller le ventre. Mais celui-ci devait avoir une bonne raison de vouloir regagner son milieu naturel. Peut-être l'envie de nager dans l'eau ? Toutes les hypothèses, même les plus folles, sont envisageables. »